Le Collaborateur médecin en Santé au travail : état des lieux

L’entrée dans les Services de Santé au travail des « Collaborateurs médecins », pour pallier la diminution du nombre de Médecins du travail, est une des principales novations de la loi du 20 juillet 2011. Elle a naturellement fait l’objet de multiples commentaires, tant au niveau de leur formation que des missions qui pourront leur être assignées.

On trouvera ci-après divers éléments permettant à la fois de se faire une opinion sur la question, à partir notamment de Communiqués récents émanant du Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) et du Groupement SLMT (Sauvons La Médecine du Travail), et de mettre en place le dispositif dans les meilleures conditions, en s’appuyant sur le texte de la Circulaire du 9 novembre 2012, sur le Modèle de contrat élaboré par le CNOM et sur la présentation synthétique qui en est faite sur le site d’AtouSanté.

Il faut bien évidemment donner sa chance à ce dispositif, dans la mesure où il peut aider les Services qui ont le plus de difficultés à recruter des Médecins du travail spécialistes, mais on ne doit pas se voiler la face : c’est bien un simple palliatif et il est probable qu’il ne règlera en rien les problèmes que connaît la Santé au travail, d’autant que les conditions d’exercice de ces Médecins collaborateurs n’apparaissent pas, a priori, spécialement attractives.

Réponse dans les prochains mois.

Gabriel Paillereau

Copyright epHYGIE décembre 2012

Tous droits réservés

  • Pour accéder à l’extrait de la Circulaire du 9 novembre 2012 relatif au Collaborateur médecin, cliquer ici
  • Pour accéder au Communiqué du CNOM, cliquer ici
  • Pour accéder au Communiqué du Groupement SLMT, cliquer ici
  • Pour accéder au Modèle de contrat élaboré par le CNOM, cliquer ici
  • Pour accéder à la présentation d’AtouSanté, cliquer ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *