Nice, 14 juillet 2016 ; Saint-Etienne-du-Rouvray, 26 juillet : hommage aux victimes de la barbarie

20160718_173734Jeudi 14 juillet 2016. Promenade des Anglais. Quel meilleur moment, quel meilleur endroit pour profiter en famille de la beauté de la ville, de sa douceur…

Même heure. Même lieu. Quel meilleur moment, quel meilleur endroit pour massacrer des familles entières en se livrant à un effroyable gymkhana au milieu de la foule, en veillant à n’épargner personne…

La folie meurtrière a encore frappé. Pas celle d’un homme seul mais bien celle d’une idéologie barbare qui ne sait que détruire…

Toujours au nom de Dieu, mais de quel Dieu ?

Nous sommes en guerre, si j’entends bien ce qui nous est dit.

Mais alors, combien d’attentats, combien de morts faudra-t-il encore pour que nous comprenions enfin le sens de ce mot ?

Les individus qui commettent de tels actes ne respectent rien ni personne. Et surtout pas tout ce et tous ceux qui ne leur ressemblent pas.

Nous sommes attachés aux Valeurs de notre République : Liberté, Egalité, Fraternité…

Eux non : ils les exècrent.

Nous sommes attachés à notre mode de vie.

Eux non : ils n’aspirent qu’à le faire disparaître.

Nous sommes attachés à la vie.

Eux non : ils rêvent de mort, la leur, en étant convaincus que si elle est précédée du massacre d’un grand nombre de victimes, elle leur apportera la reconnaissance et le bonheur éternels…

En ces temps où l’on chante la Marseillaise à n’en plus finir, ne peut-on espérer que ses paroles soient autre chose qu’une sorte de vaine litanie dont on ignore le sens :

« Allons enfants de la Patrie, le jour de gloire est arrivé !

Contre nous, de la tyrannie, l’étendard sanglant est levé !

Entendez-vous dans les campagnes mugir ces féroces soldats ?

Ils viennent jusque dans vos bras égorger vos fils, vos compagnes ?

Aux armes, Citoyens, formez vos bataillons… »

Il n’est évidemment pas question de multiplier les actes de guerre en adoptant le comportement lâche et inhumain de nos ennemis mais c’est précisément parce que nos Valeurs et notre Identité nous sont chères que nous devons combattre pour empêcher leur destruction.

Gabriel Paillereau
Copyright epHYGIE 18 juillet (et 27 juillet) 2016
Origamis et photo GP
Tous droits réservés

PS (le 27 juillet 2016) : l’odieux assassinat de Jacques Hamel, Prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray, égorgé dans son Eglise alors qu’il célébrait un office, ne fait que conforter ce qui précède. Puisse-t-il renforcer notre détermination à combattre les barbares qui s’attaquent aux fondements de notre Société. 

Si j’ai choisi, pour illustrer ce billet, de réaliser trois origamis aux couleurs de notre drapeau (je les ai voulus tout petits par la taille, 2 cm d’envergure, pour accentuer le contraste avec le caractère immensément grand de ce qu’ils représentent), c’est évidemment en raison de la symbolique de Paix dont ils sont porteurs (présente à Hiroshima, au Mémorial de la Paix), symbolique qui ne doit pas occulter une vérité : la Paix ne va pas de soi ; sa défense, comme celle de nos Valeurs, est un combat permanent, incompatible avec le laisser-faire, le laisser-aller, et, pour tout dire, la lâcheté qui pourraient tenter ceux qui s’en tiennent à une vision à court terme de l’évolution de notre Société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *