Réforme de la Santé au travail : que penser des « collaborateurs médecins » ? (Communiqué SLMT n° 26)

Avec la réforme de la Santé au travail née de la loi du 20 juillet 2011, est apparue une nouvelle catégorie de médecins appelés à exercer dans les Services de Santé au travail, celle de « collaborateurs médecins ». Dans son Communiqué n°26, le Groupement SLMT (Sauvons la Médecine du travail) revient sur leur formation et leur statut en s’appuyant notamment sur le projet de contrat type élaboré par le CNOM. Sa conclusion, qui est aussi le titre du Communiqué, est sans appel : les médecins collaborateurs ne répondent en rien aux besoins de la Médecine du travail.

On trouvera ci-dessous les trois derniers paragraphes du Communiqué, qui résument parfaitement les craintes du Groupement SLMT quant à l’évolution de la spécialité Médecine du travail, vouée selon lui à la disparition.

GP

On peut (donc) s’étonner que les employeurs soient si empressés à vouloir créer ce statut. Il semble inimaginable qu’au mépris de la loi, ils envisagent par ce moyen de substituer des médecins non spécialistes aux médecins du travail dûment spécialisés.

Mais plus étonnant est le silence des personnalités critiques stigmatisant «l’absence d’indépendance et le pouvoir exorbitant des médecins des patrons ». Parce que finalement le statut de médecin collaborateur n’est qu’un statut de formation. Une fois qualifié par le bon vouloir de l’employeur et du conseil de l’ordre, le médecin collaborateur deviendra médecin du travail de plein droit. Il pourra alors réaliser tous les actes de sa qualification, c’est-à-dire tous ceux du médecin du travail actuel. La différence avec le spécialiste actuel tiendra à une formation maison, réalisée dans un seul SIST, par le bon vouloir de l’employeur, sous l’encadrement d’un médecin choisi par le SIST, et validée par un ordre professionnel.

Cette voie n’a qu’une cohérence, celle de poursuivre la destruction de la spécialité. Le vrai changement serait d’y tourner le dos, de renforcer ses formations initiales et de reconversion, pour que la seule spécialité médicale du lien entre santé et travail puisse se développer dans l’indépendance, la qualité et l’efficacité.

  • Pour accéder au Communiqué n° 26 du Groupement SLMT, cliquer ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *