Santé au travail chez France Télécom : un risque radioactif occulté (source : Santé et Travail janvier 2013)

On a souvent parlé des risques psychosociaux chez France Télécom, ce qui a occulté d’autres risques professionnels auxquels de nombreux salariés pouvaient être exposés. C’est ce que révèle l’article de la revue Santé et Travail dans son numéro de janvier, article selon lequel « des années durant, les lignards et agents des centraux téléphoniques de France Télécom ont manipulé des parasurtenseurs contenant des éléments radioactifs. Sans précaution et malgré plusieurs alertes sur des excès de cancers. »

Pour qui n’est spécialiste ni de la téléphonie ni des rayonnements ionisants, l’information a de quoi surprendre. On imagine mal en effet le lien entre le téléphone et des substances radioactives particulièrement nocives, radium 226 et tritium, et pourtant !

« Combien de parasurtenseurs contenants des éléments radioactifs ont-ils été installés dans le réseau et les centraux téléphoniques de France Télécom ? 20 millions ? 80 millions ? Et combien en reste-t-il ? Mystère. Une chose est sûre, en revanche : l’opérateur n’a jamais vraiment pris la mesure du risque que pouvaient présenter ces petits appareils, destinés à éviter les surtensions sur les lignes, pas plus qu’il n’en a informé ses agents et n’a dispensé des consignes de protection. Or, à plusieurs reprises ces vingt dernières années, des alertes ont été lancées en divers sites de l’entreprise sur un nombre paraissant anormal de salariés atteints d’un cancer. »

C’est avec cette annonce impressionnante que commence le dossier de la revue Santé et Travail dont on trouvera le texte intégral à partir du lien suivant :

GP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *