Les instruments psychosociaux de la santé au travail : thèse de Doctorat CNAM en Psychologie du travail d’Yvon Miossec sous la Direction d’Yves Clot

Une fois n’est pas coutume : alors que nous abordons habituellement les « risques psychosociaux » à travers des ouvrages, articles ou témoignages, c’est aujourd’hui une thèse de Doctorat CNAM en Psychologie du travail présentée par Yvon Miossec, Les instruments psychosociaux de la santé au travail : le cas des managers de proximité de l’industrie électrique, accessible sur le site http://tel.archives-ouvertes.fr/, qui va nous servir de support.

Comme le précise l’avant-propos, « cette thèse s’inscrit de manière indirecte dans la problématique des risques psychosociaux. A la demande d’un groupe mondial de l’industrie électrique, nous sommes entré dans la question en renversant le problème. Nous avons étudié les instruments psychosociaux de la santé au travail chez les managers de proximité. Le développement du pouvoir d’agir protège la santé et la formation de nouveaux buts est un organisateur de ce développement.

Nous avons donc cherché à comprendre et à expliquer comment de nouveaux buts se forment dans et par les dialogues entre pairs sur le travail. L’analyse de discours a permis d’identifier une opération langagière et deux opérations psychologiques qui concourent au renouvellement des buts d’action : la reprise de discours dans le discours, la différenciation des sources de but et l’institution de liaison entre les activités. Sur la base de ces résultats, nous définissons les conditions que les dialogues entre pairs doivent réunir pour être un instrument de la santé. »

Une approche originale pour une thèse dirigée par Yves Clot, Professeur au CNAM, spécialiste reconnu des troubles psychosociaux : deux bonnes raisons de découvrir au plus vite cette thèse, qui apporte un éclairage nouveau dans un domaine où l’on a déjà beaucoup écrit.

A noter que l’Entreprise qui a servi de lieu d’étude à Yvon Miossec, Schneider Electric, n’est autre que celle dont Henri Lachmann, co-auteur éponyme du Rapport sur le bien-être et l’efficacité au travail, est Président du Conseil de Surveillance. Ce n’est certainement pas un hasard.

Gabriel Paillereau

Copyright epHYGIE janvier 2013

Tous droits réservés

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *