Catastrophe de l’amiante : Martine Aubry en première ligne

L’affaire de l’amiante vient de rebondir de façon aussi fracassante qu’inattendue avec la possible mise en examen de Martine Aubry au titre des responsabilités qu’elle exerçait au Ministère du travail entre 1984 et 1987. Alors Directeur des Relations du Travail, elle n’aurait pas agi avec suffisamment de diligence pour faire interdire définitivement l’amiante, alors que, selon Madame Bertella-Geffroy, Juge d’Instruction, comme ses effets sur la Santé étaient connus de longue date, différer l’interdiction était nécessairement condamnable.

Il n’est évidemment pas question de refaire ici l’historique du drame que vivent les victimes de l’amiante et leurs proches, d’autant que les commentaires ne manqueront probablement pas.

On notera simplement que les hasards du calendrier font que cette mise en cause se situe à quelques jours seulement de la tenue, à Paris, au Palais du Luxembourg, de la Journée internationale des victimes de l’amiante, organisée par l’Association Nationale des Victimes de l’Amiante (ANDEVA), le vendredi 12 octobre prochain.

On notera également le fait que cette Journée est organisée par la Ligue Nationale contre le cancer, l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), le Conseil Régional d’Île-de-France, la Mutualité Française (FNMF) et… la Direction Générale du Travail au  Ministère du Travail (DGT), anciennement connue sous le nom de Direction des Relations du Travail, c’est-à-dire celle-là même au titre de laquelle Martine Aubry va devoir s’expliquer à nouveau devant le juge après l’avoir déjà fait en 2005 devant la mission commune d’information du Sénat.

On notera enfin que la Journée internationale des victimes de l’amiante sera suivie, le samedi 13 octobre, à partir de 14 heures 15, de la manifestation nationale annuelle de l’Andeva, “Un monde sans amiante”, qui conduira les manifestants de l’Avenue de Messine jusqu’à la Place de l’Opéra.

L’amiante occupera donc le devant de la scène pendant toute la semaine, occasion de revenir longuement sur une catastrophe qui, selon les experts, devrait encore faire de très nombreuses victimes dans les 15 prochaines années.

Nous suivrons naturellement avec une attention extrême la suite de la procédure, qui prouve, alors que certains pouvaient en douter, l’indépendance de la Justice dans cette affaire, avec la mise en cause d’une des principales personnalités politiques françaises. Plusieurs mises en examen avaient eu lieu ces derniers mois, sans provoquer de tornade médiatique. Il en ira probablement autrement avec Martine Aubry.

Gabriel Paillereau

Copyright epHYGIE octobre 2012

Tous droits réservés

De très nombreux articles ont d’ores et déjà été publiés et beaucoup d’autres suivront certainement dans les prochains jours. Pour vous permettre de mieux comprendre la situation, au plan juridique notamment, nous avons sélectionné ceux publiés sur les sites du Point, du Nouvel Observateur, de l’Express et de Libération :

  • Pour accéder à l’article du Point, “Amiante : Martine Aubry demande un report de sa convocation”, cliquer ici
  • Pour accéder à l’article du Nouvel Observateur, “Amiante : Martine Aubry convoquée en vue d’une possible mise en examen”, cliquer ici
  • Pour accéder à l’article de L’Express, “Amiante : pourquoi Martine Aubry est-elle convoquée ?”, cliquer ici
  • Pour accéder à l’article de Libération, “Amiante : trente ans après, la justice balaye large et convoque Martine Aubry”, cliquer ici
  • Pour en savoir plus sur la Journée internationale des victimes de l’amiante, cliquer ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *