Perturbation des 5èmes Rencontres de la revue Santé et Travail : décryptage d’un incident « exemplaire »

Dans l’article Santé au travail : le Comité de grève de PSA Aulnay s’invite aux 5èmes Rencontres de la revue Santé et Travail, publié sur notre site le 14 avril, j’avais résumé le contenu de ces Journées et relaté l’incident qui s’y était produit, les membres du Comité de grève de PSA Aulnay ayant interrompu les travaux pour manifester leur colère vis à vis de la politique conduite par leur Entreprise.

J’avais alors écrit : « Comme l’invasion de la salle de conférences, suivie d’un exposé sur la situation de PSA fait par le responsable CGT de l’usine, Jean-Pierre Mercier, interdisait de tenir la table ronde prévue, celle-ci fut remplacée, avec l’accord de François Desriaux, par un débat improvisé avec les participants au Colloque, accompagné de témoignages des ouvriers en lutte, débat filmé par la CGT, accessible à partir du lien suivant, Débat improvisé avec les grévistes.

Nous n’allions parler ni du « bien-être au travail », ni de la « qualité de vie au travail », concepts théorisés au point de ne plus rendre compte du « travail réel », mais bel et bien de ce dernier et de ce que représente, pour un salarié licencié, la perte de son emploi après parfois plusieurs dizaines d’années passées au sein de « son » Entreprise.

Pas de discours théorique sur les bienfaits ou les méfaits du travail sur la santé mais des échanges pratiques sur une réalité dont on ne peut comprendre le caractère brutal et injuste que quand on la vit ou qu’on l’a vécue soi-même. Alors que le chômage touche aujourd’hui plus de 3 millions de personnes, combien de Français sont capables de comprendre les exclus et les laissés pour compte ? Combien en ont simplement l’envie ? Il est tellement plus facile et confortable, tellement plus lâche aussi, de fermer les yeux en faisant comme si c’était une situation banale, « normale » même… »

Le mouvement de grève est aujourd’hui terminé mais les questions posées demeurent d’actualité, et, comme prévu, la Revue Santé et Travail a mis en ligne sur son site une vidéo regroupant des images de l’incident, le témoignage de certains des manifestants, rapporté par Clotilde de Gastines, Journaliste de Santé et Travail, qui explique notamment la différence entre travail prescrit et travail réel et rappelle la forte poussée des TMS, et, en conclusion, une remarquable synthèse faite par François Desriaux.

Ce dernier montre parfaitement l’enchaînement fatal, qui, à la suite de la fermeture d’un site industriel, conduit à la « mise au tapis » de nombreux salariés, avec son cortège de conséquences matérielles, sociales, humaines, pour les personnes mises au chômage et non reclassées évidemment, mais aussi, ce qu’on perçoit moins en règle générale, pour ceux qu’il appelle les « survivants », d’autant moins enclins à critiquer des conditions de travail dégradées (du fait du maintien, voire de l’accroissement de l’exigence de productivité, avec un personnel moins nombreux) que, contrairement à ceux de leurs Collègues « restés sur le carreau », ils ont eu « la chance » de garder un emploi…

Gabriel Paillereau
Copyright epHYGIE mai 2013
Photo GP
Tous droits réservés

Une « tranche de vie » improvisée, à découvrir d’urgence à partir du lien suivant :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *