Santé au travail : formation des Médecins du travail (arrêtés du 1er juillet 2013, JO du 7 juillet)

La question lancinante de la pénurie de Médecins du travail conduit à suivre de très près toutes les informations concernant le nombre de Médecins susceptibles d’être formés.

Plusieurs éléments de réponse viennent d’être donnés avec la publication, au Journal Officiel du 7 juillet, de deux arrêtés relatifs, d’une part, au nombre de postes offerts aux épreuves classantes nationales en médecine par interrégion, discipline et spécialité, d’autre part, au nombre d’internes en médecine à former par spécialité et par subdivision pour la période 2013-2017.

On retiendra que le nombre de postes ouverts pour la spécialité Médecine du travail est de 170 pour l’année universitaire à venir, en progression de 17 postes par rapport à l’année précédente. Une amélioration certes, mais qui ne règle en rien la pénurie puisque le nombre de médecins quittant la profession sera, cette année encore, largement supérieur au nombre de ceux qui vont y entrer…

En tout état de cause, les Internes débutant leur formation à la prochaine rentrée universitaire ne seront pleinement “opérationnels” que dans quatre ans…

On pourra également consulter utilement un autre document, l’arrêté du 14 novembre 2012 relatif à l’affectation des étudiants et des internes en médecine ayant satisfait aux épreuves classantes nationales anonymes donnant accès au troisième cycle des études médicales organisées au titre de l’année universitaire 2012-2013, qui donne des informations rétrospectives éclairantes sur les choix des étudiants en ce qui concerne la spécialité qu’ils entendent exercer.

La Médecine du travail ne figure malheureusement pas en tête du “palmarès”, ce qui prouve combien l’image qui lui est attachée demeure médiocre en dépit des efforts faits pour l’améliorer, et ce qui doit inciter tous les responsables à persévérer dans la voie de la valorisation d’une spécialité mésestimée.

Gabriel Paillereau
Copyright epHYGIE 9 juillet 2013
Tous droits réservés

Pour accéder au contenu de ces arrêtés, cliquer sur les liens suivants :

 

One Comment

Dr Z

Donc 100 postes pourvus pour 170 dispos…, choisis en dernier…

Là-dedans, si je me souviens bien de ma formation, pas si vieille que ça… :

Sur 20 étudiants inscrits en formation dans ma région :

– la moitié étaient de futur légistes profitant de ce “tronc commun” pour valider cette passerelle vers leur spécialité ;
– 1 ou 2 étudiants, trop mal classés pour intégrer leur spécialité et/ou région de prédilection, préparaient le concours de l’an prochain tout en validant des semestres de pratique hospitalière généraliste (qui, judicieusement choisis, pourraient peut-être faire l’objet d’un “rachat de semestres dans leur future spécialité” ;
– les autres étaient de joyeux médecins généralistes (dont je suis), essentiellement en préretraite ou pré-burnout ou post-burnout (dont je n’étais pas)…, plus ou moins motivés par le fond… ;
_ et oui… il y avait 1 vrai interne en médecine du travail…, par vocation ou… élimination ?

La vraie question est de savoir combien vont réellement être médecins du travail à la fin de leur internat…

Comptons plutôt les thèses de médecine du travail, ça sera peut-être plus fiable !

Reply

Répondre à Dr Z Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *